collapse

* Benutzer Info

 
 
Willkommen Gast. Bitte einloggen oder registrieren. Haben Sie Ihre Aktivierungs E-Mail übersehen?

* Suchfunktion


* HMA

Autor Thema: Feuerschiff Westhinder  (Gelesen 666 mal)

0 Mitglieder und 1 Gast betrachten dieses Thema.

Offline Muchibushi

  • Oberfähnrich
  • *
  • Beiträge: 399
Feuerschiff Westhinder
« am: 20 November 2017, 13:50:55 »
Hallo! Feuerschiff Westhinder.
Bj 1928 Jos.L Meyer Werft Papenburg für die Ostende
27.05.1940 Überflutet in Cherbourg. Von den Deutschen aufgezogen. Was passierte als nächstes? Ist es wiederhergestellt? Wurde es benutzt? Mit freundlichen Grüßen Muchibushi

Offline maurice voss

  • Fähnrich
  • *
  • Beiträge: 236
Re: Feuerschiff Westhinder
« Antwort #1 am: 20 November 2017, 15:12:03 »
Hallo,

Hier was ich darüber haben, leider nur in Franzözisch.

Gruss
Maurice  (PS: werde versuchen, dass zu übersetzen)


WEST-HINDER, bateau-phare de réserve, quitte Ostende le 18.5.1940 en remorque du LOODSBOOT 12.
27.5.1940 coulé par les Allemands dans le port de Cherbourg
Relevé par les Allemands. Devenu ?

Le bateau-feu WEST-HINDER, démuni du moindre système de propulsion, est à la remorque du LOODSBOOT N°12. Ces deux navires rallient successivement Dieppe puis Ouistreham le 21 mai. Une fois dans le port normand, les autorités maritimes françaises interdisent à la pilotine de continuer sa route avec sa remorque. Le WEST-HINDER ne reprend la route que dix jours plus tard. Le 31 mai, c'est finalement le remorqueur belge ZEELEEUW qui emmène le bateau-feu de Ouistreham au port de Cherbourg. Le WEST-HINDER y séjourne près d'un mois. Finalement, il est rattrapé par la menace qu'il essayait vainement de fuir depuis son port d'attache. En effet, l'invasion allemande est si rapide que le port normand est sur le point de tomber entre les mains des armées du 3e Reich. C'est alors que le 18 juin, la flotte belge reçoit l’ordre de lever l’ancre dans les plus brefs délais. Les LOODSBOOT N°7, 11 et 12 ainsi que les TENDER N°6 et 8 doivent rester à quai, faute de carburant. Les autres navires prennent la direction de la grande rade. Le capitaine du LOODSBOOT N°18 donne ordre au TENDER N°2 de prendre le WEST-HINDER en remorque. Malgré plusieurs tentatives, le tender ne parvient pas à passer la remorque. Tout juste risque-t-il de s'échouer durant ses manœuvres. Ordre est alors donné de prendre l'équipage du bateau-feu à bord du TENDER N°2. Tout le convoi reprend la route avec comme destination Brest.
Face à la défaite qui s'annonce inévitable, la Marine Nationale donne l'ordre de destruction des infrastructures du port militaire de Cherbourg. Le WEST-HINDER qui est basé au sein de l'arsenal est sabordé sur place.

Par la suite, le bateau-feu belge est renfloué par les autorités allemandes. Après cela, sa trace se perd dans les archives. Mais la présence de ce navire à Cherbourg en 1940 peut nous faire suggérer que l'épave du bateau-feu d'Omonville est le WEST-HINDER. Les mesures et observations réalisées sur site confirment que la carcasse est celle d'un navire identique. De plus, la proximité du site de l'attaque du convoi du BALIDAR nous conduit à penser que l'identité de l'épave est probablement celle du bateau-feu belge. En août 2015, lors d'une conversation avec un archéologue sous-marin, ce dernier confiait avoir été en contact avec un marin du BALIDAR à bord le jour de son naufrage confirmant la présence d'un bateau feu en remorque.

Les circonstances de son naufrage sont décrites dans la fiche du BALIDAR.
"""
En ce début d’après-midi du 14 septembre 1943, la brise légère de secteur sud-sud-est au large de Landemer n’entrave pas la lente avancée d’un convoi faisant route à l’ouest. Il s’agit du remorqueur BALIDAR tractant à la vitesse de cinq nœuds le bateau-feu WEST-HINDER. Afin de les protéger d’une éventuelle attaque alliée, les autorités leur ont adjoint deux bateaux d’escorte issus des flottilles de défense portuaire de Cherbourg et Boulogne : les FBO 06 et FC 02, chacun d’eux se trouvant à une extrémité du convoi.

Ce même jour, le 486 Squadron de la RNZAF a pour ordre de patrouiller dans l’ouest du Channel. Après avoir survolé la presqu’île à partir de Barfleur puis rejoint les Anglos Normandes, le Squadron Leader DJ Scott ordonne à ses pilotes de rejoindre Cherbourg via le Cap de la Hague. La rencontre avec le convoi allemand est alors inévitable.

L’escadrille composée de douze Typhoon va se diviser en sections de quatre avions afin d’opérer trois passages successifs sur le convoi. Mais à la côte, le 486 Squadron est déjà repéré et il va très vite faire face à un intensif barrage de la Flak. A cela s’ajoute la modeste puissance de feu de l’escorte du convoi. Ca n’empêche pas au Squadron de littéralement fondre sur les quatre bateaux. Un seul passage de chaque section suffit à mortellement blesser l’ensemble des unités de la Kriegsmarine. Deux d’entre elles coulent très rapidement : le WEST-HINDER et l’un des deux Hafenschutzflottille-boot. L’autre navire d’escorte va dériver un instant vers l’ouest pour s’échouer sous Gréville. Quant au BALIDAR, touché sur l’arrière bâbord, il coule après avoir dérivé de plus d’un mille dans le nord-ouest


Offline maurice voss

  • Fähnrich
  • *
  • Beiträge: 236
Re: Feuerschiff Westhinder
« Antwort #2 am: 20 November 2017, 15:15:03 »
WEST-HINDER, reserve light boat, leaves Ostend on 18.5.1940 in the LOODSBOOT 12 trailer.
27.5.1940 sunk by the Germans in the port of Cherbourg
Reported by the Germans. Become?

The fireboat WEST-HINDER, devoid of any propulsion system, was towed by LOODSBOOT N°12. These two ships reached Dieppe and Ouistreham on 21 May. Once in the port of Normandy, the French maritime authorities forbade the pilot to continue on his way with his trailer. The WEST-HINDER did not start again until ten days later. On 31 May, the Belgian tug ZEELEEUW finally took the Ouistreham fireboat to the port of Cherbourg. The WEST-HINDER stays there for almost a month. Finally, he is caught up by the threat he tried to escape from his home port. The German invasion was so rapid that the Norman port was about to fall into the hands of the armies of the 3rd Reich. Then, on 18 June, the Belgian fleet was ordered to drop anchor as soon as possible. LOODSBOOT No. 7,11 and 12 as well as TENDER No. 6 and 8 must remain docked due to lack of fuel. The other ships headed for the great harbour. The master of LOODSBOOT N°18 orders TENDER N°2 to take the WEST-HINDER in tow. Despite several attempts, the tender failed to pass the trailer. It is just as likely to run aground during manoeuvres. Order is then given to take the crew of the fireboat aboard TENDER N°2. The whole convoy resumes its journey to Brest.
Faced with the inevitable defeat, the French Navy ordered the destruction of the infrastructure of the military port of Cherbourg. The WEST-HINDER, which is based within the arsenal, is being mined on site.

The Belgian fireboat was subsequently refloated by the German authorities. After that, his trace is lost in the archives. But the presence of this ship at Cherbourg in 1940 may make us suggest that the wreck of the Omonville fireboat is the WEST-HINDER. Measurements and observations carried out on site confirm that the carcass is that of an identical vessel. Moreover, the proximity of the site of the attack on the BALIDAR convoy leads us to believe that the identity of the wreck is probably that of the Belgian fireboat. In August 2015, during a conversation with an underwater archaeologist, the latter confided that he had been in contact with a BALIDAR sailor on board on the day of his shipwreck, confirming the presence of a fireboat in a trailer.

The circumstances of its sinking are described in the BALIDAR data sheet.
"""
In the early afternoon of 14 September 1943, the light south-south-east sector breeze off Landemer did not interfere with the slow advance of a convoy heading west. This was the tug BALIDAR towing the fireboat WEST-HINDER at a speed of five knots. In order to protect them from a possible Allied attack, the authorities have added two escort boats from the port defence fleets of Cherbourg and Boulogne: the FBO 06 and FC 02, each of which is at one end of the convoy.

That same day, RNZAF's 486 Squadron was ordered to patrol the western Channel. After having flew over the peninsula from Barfleur and then joined the Anglos Normandes, the Squadron Leader DJ Scott ordered his pilots to join Cherbourg via the Cap de la Hague. The encounter with the German convoy was inevitable.

The squadron composed of twelve Typhoon will be divided into sections of four planes in order to operate three successive passages on the convoy. But at the coast, the 486 Squadron is already spotted and will soon face an intense Flak dam. Added to this is the modest firepower of the convoy's escort. It doesn't stop the Squadron from literally melting on all four boats. A single pass of each section is enough to mortally wound all units of the Kriegsmarine. Two of them sink very quickly: the WEST-HINDER and one of the two Hafenschutzflottille-boot. The other escort ship will drift westward for a moment to ground under Gréville. The BALIDAR, which was hit on the port stern, sank after drifting more than one mile to the northwest.


Offline maurice voss

  • Fähnrich
  • *
  • Beiträge: 236
Re: Feuerschiff Westhinder
« Antwort #3 am: 20 November 2017, 15:21:30 »
mit deepl. übersetzt. Hoffentlich ist das lesbar !

Offline maurice voss

  • Fähnrich
  • *
  • Beiträge: 236
Re: Feuerschiff Westhinder
« Antwort #4 am: 20 November 2017, 15:28:48 »
Hier eine Photo (zu bestätigen, da verschiedene Leuchtschiffe diese Name getragen haben. ("Position West-Hinder")

Offline Muchibushi

  • Oberfähnrich
  • *
  • Beiträge: 399
Re: Feuerschiff Westhinder
« Antwort #5 am: 20 November 2017, 15:44:00 »
Lieber Maurice! Vielen Dank für die Informationen und Fotos! Ich habe es gelesen und alles verstanden. Zweifellos ist dies eine interessante Geschichte. Mit freundlichen Grüßen Muchibushi  top :MG: